septembre 20, 2021
Varsovie

Un voyage à Varsovie en Pologne

Éclectique et chaotique, la capitale polonaise recèle des surprises à chaque coin de rue pour les nouveaux visiteurs. Avant-gardiste par nature, Varsovie bouillonne d’une vie incroyablement intense.

Varsovie est pleine de paradoxes. Bien que l’on puisse imaginer la ville drapée dans un manteau de neige, elle possède un palmier monumental (bien qu’en plastique) et déroule des parcs verts et des plages sauvages le long de la Vistule. Il y a un jardin planté sur le toit de la bibliothèque universitaire et des bancs musicaux dans toute la ville… Depuis qu’elle s’est ouverte à l’économie de marché en 1989, Varsovie a imposé son propre rythme, poussée par une soif irrépressible de changement.

Ses usines reconverties ont retrouvé une nouvelle vie, comme à Berlin, Moscou et dans le monde entier. Au cœur du quartier Praga, à la fois ouvrier et bohème, des créatifs sont venus installer leurs bureaux dans la Soho Factory, près du Neon Museum, entourés de cafés et de restaurants. Les hipsters sont chez eux ici, ainsi que dans la rue Mokotowska voisine, qui regorge de boutiques de haute couture et de librairies, tout près de la place circulaire Zbawiciela.

La jeune génération remodèle la ville, redonnant vie à des bâtiments oubliés, surfant sur une vague de mode rétro-futuriste qui transforme les symboles communistes d’hier en art vintage d’aujourd’hui, et remettant au goût du jour les cantines et mleczny (« bars à lait ») populaires. Ils font la fête dans une ambiance de campus, grâce aux nombreux étudiants étrangers. Vive les amitiés du peuple !

La musique est, bien sûr, partout, et Chopin, qui incarne l’âme de Varsovie, n’est jamais loin. Cette musique résonne sous les pavés, reflet de l’histoire. Détruite à plus de 85 % à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Varsovie n’a laissé qu’un champ de terre et beaucoup de larmes. Cependant, son centre historique a été reconstruit au plus près de l’original et a été classé par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité. Depuis, le temps a laissé son empreinte, vieillissant avec soin les maisons aux couleurs bonbon.

Ailleurs, le chaos urbain est palpable. L’héritage soviétique est visible dans les larges avenues bordées de béton. Le style socialiste-réaliste culmine avec le Palais de la culture et de la science. Imposant à l’époque de sa construction, il se fond aujourd’hui dans le paysage des nouveaux gratte-ciel construits à proximité, dont un de l’architecte américano-polonais Daniel Libeskind. Le présent rattrape le passé, non sans ironie parfois. Après avoir abrité la bourse, l’ancien siège du parti communiste accueille aujourd’hui un concessionnaire Ferrari !

voyage à Varsovie